La course de chiens de traîneau

julie-et-ses-chiots

Je suis Julie Albert du Chenil Makamic.  Shashis Aventure m’a demandé de partager mon expérience sur la course de traîneau à chiens.  Avec nos athlètes canins, Denis et moi participons chaque année à quelques courses et je dois dire que nous sommes toujours très fébriles, chaque année, à l’approche de la saison hivernale, la saison des courses.  J’ai donc envie  de vous parler des différents types de courses, de la préparation des chiens nordiques,  également notre préparation personnelle puisque c’est un sport très physique et parfois assez éprouvant psychologiquement (surtout quand ça ne va pas comme on veut 🙂 ).  Je vais aussi vous parler de comment ce passe les courses de chiens de traîneau.  Oui, c’est généralement fait sur le même concept, point de départ, point d’arrêt et point d’arrivée, mais chaque étape a ses particularités.

 

chiens-de-traineau-chenil-makamic

 

D’abord, on ne se lève pas un matin en se disant : «Tiens, inscrivons-nous à une course!» Ça prend une excellente préparation autant humaine que canine.  On doit s’assurer d’être une équipe solide et en forme.  Les courses auxquelles nos équipes participent sont de mi et longue distance, donc entre 100 et 1000 milles (entre 160 et 1610 km).  Pour nos chiens nordiques, c’est l’équivalent des olympiques.  S’entraîner et avoir une vie saine sont les clés du succès.  La préparation de nos chiens pour ces courses commence dès la naissance.  Nous nous assurons qu’ils grandissent dans un environnement sain autant psychologique que physique.  Une fois qu’ils sont assez fort, l’entraînement commence.  Nous devons faire un grand travail d’observation afin d’être certain qu’un chien est prêt pour, par exemple, la Yukon Quest, une course de 1000 milles (1610 km) faisant une loupe entre le Yukon et l’Alaska.  On doit trouver sa place idéale sur la ligne de trait et faire plusieurs entraînements sur nos sentiers.

 

chiens-de-traineau-la-releve          chiens-de-traineau-la-releve1

Une fois tous les membres de l’équipe, humains et canins, prêts, on passe à l’inscription.  Ensuite, on passe aux courses qualificatives, habituellement obligatoires pour les courses de mi et longue distance.  Ces qualifications nous permettent d’évaluer notre performance parce qu’on est toujours les meilleurs dans notre cours mais lors d’une réelle course, il y a mille et une distractions et des imprévus hors de notre contrôle ; réaction au transport, nouveaux sentiers, autres traîneaux à chiens qui passent tout près, autre environnement, etc.  Donc, les courses qualificatives sont extrêmement importantes et elles nous montrent lesquels de nos chiens sont prêts, sur quels aspects nous devons mettre l’emphase lors de nos entraînements.  Les courses qualificatives ont généralement lieu l’année précédant la course.  Dans le cas de la Yukon Quest, c’est 2 ans avant.  Pour se qualifier, on doit être en mesure de terminer la course et ce sont les organisateurs qui déterminent qui pourra participer à la grande course.

Toutes les courses de traîneau à chiens ont le même concept comme j’ai mentionné plus haut ; point de départ, point d’arrêt (le nombre change selon la longueur de la course) et point d’arrivée.  Il y 3 types de courses proposés :

La course avec assistance

Ce type de course permet au musher et sa meute d’obtenir toute l’assistance voulue lors des points d’arrêt.  On a droit à une équipe pour prendre soin des chiens et installer leur campement afin qu’ils puissent bien se reposer avant de repartir, on peut avoir un campeur où le musher peut se reposer, on a accès au camion de transport des chiens et donc tout le matériel nécessaire comme la nourriture, de l’équipement de rechange, etc.

julie-musher-course-yukon-quest

La course sans assistance

Cette course ne permet pas l’assistance de son équipe sur place mais le musher peut faire envoyer tout le matériel qu’il souhaite aux points d’arrêt où il y a tout de même des bénévoles pour aider les mushers à, par exemple, installer la paille pour les chiens, aider à porter du matériel, offrir un gîte aux mushers, etc.

yukon-quest-provisions

La course en autonomie complète

Elle est la plus éprouvante des courses et ça prend plusieurs années de préparation et d’entraînement pour y participer et surtout pour terminer la course.  Lors de ce type de course, le musher doit tout avoir avec lui dans le traîneau et n’a droit à aucune assistance extérieure.  C’est extrême et toute l’équipe, humaine et canine, doit être prête pour toutes éventualités et doit être très solide psychologiquement et physiquement.

traineau-a-course-chiens-de-traineau

 

Au point de départ de chaque course, tous les chiens sont examinés par un vétérinaire.  Ce dernier vérifie les papiers de vaccination, examine leurs pattes, leurs articulations, s’assure qu’ils sont bien hydratés et fait un examen superficiel pour s’assurer que les chiens ne sont pas maltraités et qu’ils sont en bonnes conditions pour courir.  Une fois l’examen des athlètes canins complété, on prépare le traîneau et on s’assure d’avoir tout le matériel requis par l’organisation.  Si on oublie quelque chose, l’équipe est pénalisée en temps.  Lorsque le traîneau est prêt et que les chiens sont attelés sur la ligne de trait, l’excitation est à son comble et le grand départ, imminent.  Les équipes de chiens de traîneau partent un à la suite de l’autre avec une intervalle de 2 minutes entre chaque participant.  Si une équipe est en retard pour son départ, elle perd sa place et part en dernière position.  Il est donc très important de bien gérer son temps et d’être prêt à l’heure.

 

depart-yukon-quest-chiens-de-traineau          depart-yukon-quest-chiens-de-traineau1

 

Lors d’une course de mi et longue distance, il y a assurément des points d’arrêt.  Les règlements diffèrent selon les courses mais ça se résume à des heures de repos obligatoires à prendre.  Lors de certaines courses, ce temps peut être divisé librement et pris à des points d’arrêt décidé par le musher tandis que lors d’autres courses le temps de repos et l’endroit sont prédéterminés par les organisateurs de la course de chiens de traîneau.  Lors de ces temps d’arrêt, les chiens ont un examen de routine exécuté par une équipe de vétérinaires.  Il y en a une présente à tous les points d’arrêt, sans exception.  En cas de blessures, par exemple, ce sont les vétérinaires sur place qui prendront notre chien en charge pour le reste de la course.  Ou si les mushers ont des questions, ils sont là pour nous conseiller.  Pour ma part, je crois que tout ce joue lors de ces points d’arrêt.  Il faut que nos chiens se reposent bien, boivent bien et mangent bien.  On leur prépare des lits de paille pour qu’ils soient confortables, on leur donne beaucoup d’amour et d’encouragement et on s’assure qu’ils sont dans un bon état d’esprit en tout temps.  C’est en traitant bien ses chiens nordiques qu’on leur donne envie de bien performer avec nous.  Il est aussi important d’être sympathique avec les autres équipes afin de garder la compétition saine et amicale.  En plus, si on a besoin d’aide, on sera bien content d’avoir établi de bonnes relations.

 

Et finalement, lorsqu’on franchi le point d’arrivée, tout le monde ressent ce merveilleux sentiment de fierté et d’excitation malgré la fatigue.  Les chiens attendent ensuite leurs câlins de fin de course.  On enlève les harnais, on leur prépare des lits avec de la paille bien fraîche dans leur boîte de transport, on leur sert un repas de roi et tout le monde a droit à une bonne nuit de repos.  Il est très important de s’assurer qu’au matin, tous les chiens ont bien récupérés car c’est le signe qu’on a donné le bon entraînement.  Le temps de récupération pour un chien de traîneau après une course est de 12 à 24 heures.  Si certains de vos chiens semblent toujours fatigués, il sera primordial de donner une attention particulière à ces chiens et d’ajuster leur entraînement.

 

sled-dogs-yukon-quest-race          boite-de-transport-chiens-de-traineau1

 

Lorsqu’on rentre à la maison, le travail du musher n’est pas terminé.  Il faut analyser sa course, voir ce qu’on a fait de bien et de moins bien, revenir avec de nouvelles stratégies, réévaluer nos performances afin de faire mieux l’an prochain.

 

J’espère vous avoir donner le goût de la course de traîneau à chiens !

Chaque année, nous courons au moins 1000 milles au total.  En 2019, nous ferons une seule course, la Yukon Quest.  Suivez-nous sur Facebook pour ne rien manquer !

Yukon Quest Denis et Julie

Par Julie Albert

Musher et blogueuse invitée

Chenil Makamic

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s